Accueil » Actualités » Invité du mois » Mai 2013 : Maurice BEYINA

Mai 2013 : Maurice BEYINA

International centrafricain de 1993 à 2005  et après avoir participé à 8 Afrobasket ! Maurice BEYINA, depuis sa retraite sportive  est un homme sollicité  à l’emploi du temps chargé .Maintenant ,il reste toujours proche des térrains de basket et très attaché à ses origines…. 

 

Bonjour, quelles sont les raisons de ta présence ici à Londres au final Four 2013 ?

Bonjour Dapéa, j’ai pris l’habitude depuis Prague (Final Four 2006) d’y assister régulièrement. Avec  la présence de Romain SATO depuis 2008 à la compétition je n’ai fait que continuer de m’y intéresser de près . C’est un grand rendez vous qui me permet de retrouver des anciens coéquipiers et autres personnes avec qui j’ai travaillé et joué en club aussi !

 

 

Depuis ta retraite sportive ! Quel est ton quotidien ?

Depuis la fin de saison 2011 où j’ai arrêté de travailler avec Bourg en Bresse, ça fait deux ans que j’ai pris un peu  de recul  avec les clubs pour faire autre chose. Je continue de travailler aussi avec la ligue  nationale de basket. J’ai aussi travaillé une année avec un équipementier Chinois sur un projet d’implantation à venir. Et depuis 8 mois, j’ai réactualisé mon diplôme d’ingénieur en environnement. Je travaille avec mon frère qui se trouve au Congo, ce qui me permet de faire de nombreux déplacements .Même éloigné du basket, vous constater vous-même que le basket me rattrape toujours.

 

Cyril SEVERINO et Maurice BEYINA (Centre et à droite) 

 

En tant qu’ancien international centrafricain et capitaine des Bamaras ! Quelles sont les chances de la Centrafrique l’été prochain selon toi ?

 Je pense que les Centrafricains ont hérité d’un groupe jouable, et le tirage a été clément car d’habitude, nous jouions avec deux grosses équipes d’entrée .Et ces dernières terminaient toujours sur le podium ou dans le carré d’As. Il est vrai que nous sommes dans le même groupe que l’Angola .Mais, sincèrement les jouer au 1er tour nous permettra aussi de prétendre à une suite de parcours honorable.

 

 

 

Dapéa ZAOUROU et Maurice BEYINA

 

Et la situation sociale  actuelle du Centrafrique  ?

Avec les récents évènements qu’a connus la Centrafrique   j’ose espérer que la participation des bamaras soit maintenue. L’équipe et le staff ont été quelque peu déstabilisé .Mais, il y a d’autres pays qui ont prouvé qu’en temps de crise et de guerre  qu’une compétition était un moment de répit qui pouvait permettre au peuple de reprendre espoir .Avec un élan de solidarité sportive, ils y sont parvenus ! Pourquoi pas la Centrafrique ?

 

 

Propos recueillis par Dapéa ZAOUROU (Nzangue Communication) London

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*